Soirée Suds - Théâtre Antique

Magnifiquement restauré, d’une beauté et d’une acoustique exceptionnelles, le Théâtre Antique abrite 2000 places assises et un orchestra de 500 places pour danser sous la voûte étoilée, ou pour s’installer au plus près des artistes. Chaque Soirée Suds offre deux concerts sublimés par la magie des lieux… avec des formations musicales de renommée internationale, ou en découverte en France et en Europe.


ANGELIQUE KIDJO (benin/New-YORK) / 60 min

Mercredi 11 juillet à 21h30

La plus internationale des voix africaines s’invite sur la majestueuse scène du Théâtre Antique pour une prestation intimiste, inspirée par le lieu et par le concert de Caetano Veloso auquel elle avait assisté ici en 2003…
Sa voix exceptionnelle embrasse autant le jazz, la soul que les mélodies populaires de son pays ou des Amériques noires. Compositrice engagée qui arpente le monde en multipliant les collaborations les plus prestigieuses (Peter Gabriel, Carlos Santana, Myriam Makeba, Philip Glass…), c’est aussi une amoureuse de libertés que Suds accueille ! Artiste multi récompensée, elle se livre accompagnée d’un duo percussions-guitare, et nous offre un florilège rare de ses plus grands standards !


Angélique Kidjo est née en 1960 à Ouidah au Bénin, qui se nommait encore le Dahomey. Elle chante et danse dès son plus jeune âge, dans l’ensemble dirigé par sa mère, chorégraphe et directrice de théâtre, puis avec ses frères dans le Kidjo Brothers Band. À quinze ans déjà, son énergie et la qualité exceptionnelle de sa voix séduisent le public impressionné par cette jeune femme au tempérament volcanique.

Encouragée par le succès africain de son premier album "Pretty", elle s’envole pour la France en 1983. Paris devient le tremplin de sa carrière internationale. Remarquée par Chris Blackwell, fondateur jamaïcain de la maison de disque Island Records qui distribuait, entre autres, Bob Marley, elle débute sa carrière en 1985 comme chanteuse dans le groupe Pili Pili (jazz africain) accompagnée d’un pianiste hollandais. Elle rencontre son futur époux, le bassiste et compositeur Jean Hébrail, et fait les premières parties à l’Olympia de Miriam Makeba (1989) et Nina Simone (1990) avant d’y revenir en 1992, en vedette, pour la sortie de son album Logozo.

En 1998, elle s’installe aux États-Unis avec époux et enfant. Elle y connaît un grand succès, notamment avec l’album Orémi (1998), marqué par le jazz, le R&B et la Soul Music. Ce premier album est explicitement consacré aux racines de la musique noire, chemin qu’elle a poursuivi ensuite au Brésil puis aux Caraïbes avec deux autres albums, Black Ivory Soul et Oyaya. Avec ce voyage musical à travers les terres d’exil forcé des peuples africains au temps de l’esclavage, "J’ai voulu savoir comment mes pairs afro-américains vivaient ce chapitre de notre histoire. J'ai rencontré James Brown, Cassandra Wilson, Branford Marsalis, Alicia Keys, qui sont devenus mes amis, Erikah Badu, etc. Tant que la question de l'esclavage ne sera pas réglée, beaucoup de formes d'oppression et de néo-esclavagisme perdureront - les bonnes philippines enfermées en Arabie saoudite, les sans-papiers, les sans-droits, les clandestins qui viennent d'Afrique vers l'Europe sur les bateaux..." explique-t-elle.

Trois fois lauréate aux Grammy Awards avec les albums Djin Djin (2008), Eve (2015) et Sings (2016), elle est aujourd’hui considérée comme l'une des plus grandes artistes africaines à l’international. Sa voix saisissante, sa présence scénique et ses influences multiculturelles ont gagné le respect de ses pairs et l’ont portée bien au-delà des frontières africaines. Une personnalité plurielle, puissante source d’énergie et de bonheur, motivée par le plaisir artistique et des engagements humanitaires. Infatigable passionaria de la cause des enfants, des femmes et de l’Afrique, nommée ambassadrice de "bienveillance" par l'UNICEF en 2002, elle a aussi créé sa propre fondation caritative, Batonga, qui œuvre pour l'éducation des jeunes filles en Afrique.

Après le décès de son père en 2008, elle entreprend de raconter son histoire familiale dans un ouvrage qui vient de paraître aux Éditions Fayard, et qu’elle dédie à ce père moderniste, postier formé en France, qui tenait à la liberté de parole sous son toit, et à sa mère, directrice d’une troupe de théâtre amateur, à qui elle doit en grande partie l’aplomb formidable qui l’a poussée à aller de l’avant.

© Sonia and Mauro

Fondée par Quincy Jones, Qwest TV est la première plateforme de vidéos entièrement dédiée au "Jazz and beyond"
Lors de l'achat d'un billet "+ Qwest TV" profitez d'un abonnement Premium d'un mois!
Tarif des Suds, à Arles + 5 euros, hors frais de location
+ d'infos sur Qwest TV : www.qwest.tv

Roberto Fonseca

DEUXIÈME partie de la soirée

Roberto Fonseca
Cuba

En savoir plus  


 

PLUS TÔT DANS LA SOIRÉE

Théâtre Antique

Moment Précieux
Cour de l'Archevêché 

PLUS TARD DANS LA SOIRÉE

Tshegue

Nuit des Forges 
Parc des Ateliers